blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Hyundai Quimper

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

Vente de véhicules neufs et de direction

Vente de véhicules neufs et de direction

Blog dans la catégorie :
Voitures

 

Annonce vocale

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

Hyundai Quimper

Véhicule de direction..........Hyundai GETZ

Le 22/02/2008

 

                                    HYUNDAI Getz 1.1i Pack color clim

                                                       Essence

                         Continental Silver - 22/02/2007 -  4cv -  500 kms

                   Garantie 3 ans Kilometrage illimité /  jusqu'au 22/02/2010

                          9 630€

                        Chassis n°522056

 

Véhicule de direction.....Hyundai Santa Fé

Le 22/02/2008

 

HYUNDAI Santa Fé  2.2 crdi 155 cv Pack Executive

  Boite automatique

  Continental Silver -   27/12/2006-  10cv-  1000 kms

     Garantie jusqu au 27/12/2009

 33 500€

 immatriculation: 685ALS29

 

 

 

Hyundai TUCSON 140cv

Le 22/02/2008

 
 
 

HYUNDAI TUCSON CRDi 140
Une montée en puissance bienvenue

 

 

 

Dès son lancement en août 2004, le Tucson a connu le succès grâce à un style plaisant. Toutefois, son moteur diesel de 112 ch manquait de punch. Hyundai a vite rectifié le tir en le remplaçant par une motorisation de 140 ch tout à fait convaincante.

 

Avec 8.000 immatriculations en France depuis son entrée sur le marché français, le Tucson est devenu en 2005 l'un des best sellers de la marque, et s'est hissé à la cinquième place des meilleures ventes de sa catégorie. Mais incontestablement, il peut encore faire mieux et Hyundai, à l'écoute directe de ses clients, a peaufiné son 4x4 pour en faire un engin plus séduisant encore.

 

Déjà bien doté en équipements de série avec notamment la climatisation automatique, un ordinateur de bord et un régulateur de vitesse, le millésime 2006 a bénéficié de quelques modifications extérieures et intérieures, nouveau dessin de jantes 16 pouces pour des pneus de 235, nouveaux plastiques, nouvelles selleries, nouvelle console grain métal, réglage lombaires pour le siège conducteur, appuis-tête inclinables, nouveau cache-bagages amovible, extension de pare-soleil, miroirs de courtoisie éclairés...

 

La version Luxe reçoit une sellerie cuir, un toit ouvrant électrique et des sièges chauffants.

 

Le tableau de bord est bien fonctionnel et le conducteur trouve facilement sa meilleure position grâce au réglage de son siège et du volant en hauteur. Les commandes des vitres et des rétroviseurs électriques sont bien placées sur le haut de l'accoudoir de portière. La fonction de descente automatique de la vitre conducteur existe, mais pas la remontée, dommage. De la même manière on peut regretter que le système audio laser RDS, peu pratique à manipuler, ne possède pas de rappel de commandes sur le volant.

 

A noter encore que la vitre du hayon peut s'ouvrir indépendamment du hayon, ce qui est bien pratique parfois pour sortir des paquets et que les bacs de rangements ne manquent pas dans l'habitacle. Sur le plan sécurité, les airbags frontaux, latéraux et rideaux répondent présents, les antibrouillard et le système antipatinage aussi.

 

La roue de secours, une vraie, est placée à plat dans le coffre et ne pénalise pas trop ce dernier qui évolue de 305 à 805 dm3.

 

140 ch qui lui donnent du tonus

 

Un équipement très complet

 

Mais l'évolution essentielle arrive maintenant et se situe sous le capot. Ainsi, le Tucson se voit doter d'un nouveau moteur diesel 2.0 litres avec turbo à géométrie variable délivrant 140 ch à 4.000 tr/mn, soit 28 ch supplémentaires qui font toute la différence.

 

En effet, le Tucson montre désormais une belle vivacité et plus de souplesse puisque le couple est passé de 245 Nm à 2.000 tr/mn à 305 Nm dès 1.800 tr/mn. Il soutient avec plus d'aisance le 130 km/h sur autoroute tout en étant plus silencieux sans pour autant consommer davantage. Annoncée à 7,1 l/100 km de moyenne, la consommation demeure particulièrement modeste.

 

Bien entendu, en allant dans un pays civilisé où la vitesse est intelligemment modulée, il est possible de frôler les 180 km/h, soit un gain de près de 10 km/h. Les reprises sont aussi plus franches avec un 0 à 100 km/h obtenu en 12'' contre 13''8 auparavant. Il est vrai aussi que le Tucson 140 ch bénéficie d'une boîte manuelle à six rapports. Ceux-ci sont correctement étagés et la précision des passages des vitesses est exemplaire.

 

Enfin, pour répondre aux normes Euro 4, l'échappement reçoit un filtre à particules. Pour l'heure, il n'est plus prévu de boîte automatique car l'ancienne ne passait justement pas les fameuses normes 2006.

 

A l'aise partout

 

Ce Tucson amélioré dans tous les domaines est évidemment encore plus plaisant à conduire et sa polyvalence est remarquable. On sait qu'en ville il fait le bonheur des gens qui se sentent plus en sécurité en dominant la circulation et ses 4,32 m de long ne sont pas excessifs pour les manoeuvres. Sur la route il est aussi confortable que bien des berlines et son habitabilité permet à cinq personnes de se sentir à l'aise. Il y a de la place pour les jambes des passagers arrière et le coffre reste de bonne taille d'autant que la solution de la banquette fractionnable en 2/3-1/3 peut rendre pas mal de service.

 

Enfin, sur les routes en terre, il tire parfaitement bien son épingle du jeu, et même si ce n'est pas un franchisseur, sa garde au sol de 19,5 cm, sa motricité et son couple lui permettent de passer dans les chemins défoncés et boueux sans gros problèmes.

 

Quatre roues motrices...et bientôt deux

 

Evidemment, son prix a logiquement évolué puisque le Tucson en version Pack Confort est à 27.020 €, soit à peu près 2.000 € de plus que l'ancien 112 ch, et la version Pack Luxe est facturée 28.420 €.

 

Cependant, la gamme se verra vite renforcée avec l'entrée en lice d'un Tucson deux roues motrices qui n'aura plus bien sûr ces facultés de tout terrain, mais avec une même allure de baroudeur civilisé, il sera toujours plus sympathique que la plupart des breaks.

 

Il sera commercialisé soit en motorisation 2 litres CRDi de 136 ch soit en version 2 litres 16 soupapes essence de 143 ch, avec des puissances fiscales de 7 CV (contre 9 CV pour les versions 4WD), permettant une entrée de gamme à partir de 20.900 €.

 

Hyundai Santa Fé II

Le 22/02/2008

 
 

Pourtant drastiques, les normes antipollution Euro4 ont parfois du bon pour certains modèles. C’est le cas du Hyundai Santa Fe qui voit son 2.2 CRDi progresser en puissance comme en couple. Mieux, il consomme moins et gagne, uniquement en boîte automatique, un filtre à particules qui élimine significativement les rejets de CO2.

Vive l’Euro 4 !

Apparue au printemps 2006, la deuxième génération de Santa Fe évolue en douceur pour répondre aux normes anti-pollution Euro4. Si la robe de ce coréen ne change pas, son Diesel 2.2 CRDi voit son rendement amélioré grâce à une cartographie modifiée (+ 6 ch en puissance et 8 Nm de couple) mais aussi grâce à l’adjonction d’un filtre à particules. Certes, il est dommage que Hyundai l’ait réservé à la seule version boîte auto, même si cette option facturée 1.850 € permet au Santa Fe de chiper quelques ventes au Roi RAV4, pour qui Diesel rime toujours avec boîte manuelle. Dotée de 5 rapports et d’une commande séquentielle au levier, cette transmission se révèle à l’usage douce et finalement assez réactive pour ce type de véhicule, rarement amené à se présenter au départ d’une course de côte.

 

Diesel + boîte auto : un beau mariage

Mais surtout, elle est parfaitement en accord avec le 2.2 CRDi, seule offre disponible sur ce véhicule. Malgré des modifications très (trop ?) légères, ce bloc s’en retrouve transfiguré, notamment dans les bas régimes, où il fait désormais preuve de la volonté qui lui manquait jusqu’alors (il faut dire qu’avec près de 2 t., le nouveau Santa Fe n’a plus rien de compact). Du coup, les démarrages ne sont plus aussi laborieux et les performances s’avèrent logiquement meilleures. Déjà apprécié pour son silence de fonctionnement et sa sobriété, ce 2.2 devient désormais presqu’agréable à utiliser, y compris en ville ! Alors certes, parcourir de nombreux kilomètres à son volant n’a rien d’excitant mais cet agrément nouveau permet au moins d’arriver à bon port sans fatigue excessive.

 

Elève sérieux sur (presque) tous les points

Ces améliorations constituent un bon point supplémentaire pour le Santa Fe, déjà adopté par les familles nombreuses grâce à une 3ème rangée (en option) qui, pour une fois, n’est pas uniquement réservée aux bambins que l’on amène à l’école. Le RAV4 et ses cinq places et même certains monospaces compacts ne peuvent en dire autant. Pour autant, on ne peut pas être bon partout. Ainsi, comme beaucoup d’élèves premiers de la classe, le sport n’est pas vraiment la tasse de thé du Santa Fe. Se hasarder à taquiner des GTi sur les routes de montagne sera une entreprise forcément vouée à l’échec. Mais après tout qu’importe, puisque son comportement sain et assez typé confort préfère largement le calme d’une conduite coulée à des rythmes plus sportifs… même si un ESP est tout de même livré de série.

 

Pas vraiment un montagnard

Sous ses airs de 4x4 -d'aucuns disent qu’il ressemble à un VW Touareg-, le Santa Fe n’a pas la fibre baroudeuse. Alors certes, ses 4 roues motrices commandées par un embrayage central piloté électroniquement lui permettent de grimper jusqu’aux stations de ski sans chaîner ; et le verrouillage de ce dernier autorise quelques escapades sur des terrains "minés", mais il n’y a pas de miracle si l’on conserve la monte pneumatique d’origine (Hankook Dynapro HP), à l’adhérence insuffisante même sur asphalte humide. Mais qui oserait tâcher avec ses sabots crottés l’habitacle très soigné de cette finition Executive ? S’il arrive bien du pays du Matin Calme, le Santa Fe n’a plus du tout la fibre économe qui caractérisait les productions coréennes il y a encore quelques années…

 

Nouveau Satellite

Le 22/02/2008

 
Le Satellite première génération avait fait ses débuts sur le marché français en mars 1998. Dans la lignée des nouveaux minibus, la génération 2008 du Satellite, entièrement repensée, propose un confort et une qualité intérieure comparables à ceux de certains monospaces.

En dépit d'une certaine rusticité, le Satellite première génération se situait dans la catégorie des grands monospaces. Le nouveau Satellite affiche, pour sa part, une forte personnalité et un dynamisme incontestable. Il n'a bien sûr plus grand-chose à voir avec son prédécesseur.

Il gagne quelques centimètres pour atteindre 5,125m en longueur et 1,92m en largeur. Son design adapté aux goûts des européens, sa nouvelle face avant agressive et harmonieuse à la fois, son profil élancé, grâce à ses flancs galbés et à l'inclinaison de son pare-brise, son élégante partie arrière dotée d'une grande lunette, de feux proéminents (Capteurs de radar de recul en série) et d'une double sortie d'échappement lui permettent d'affirmer une personnalité hors du commun.

Le Satellite a été dessiné et conçu comme une réponse à la diversité des attentes et des besoins des clients Européens. Grâce à sa praticité inégalable, ses deux portes latérales coulissantes, son habitacle, confortable et modulable aux dimensions généreuses et aux larges surfaces vitrées, il peut-être considéré comme le compagnon de route de la famille, ou le partenaire de travail indissociable de tous les déplacements. Véhicule à vocation familiale, le Satellite peut accueillir 8 passagers dans une configuration 2+3+3.

Coté motorisation, le nouveau Satellite (tout comme la version utilitaire H1 Van qui complètera la gamme un peu plus tard) est doté d'une évolution du 2.5 litres CRDi développant 170 ch. à 3800 tr/mn, pour un couple maxi de près de 400 Nm disponible dès 2000 tr/mn, permettant ainsi à huit passagers et leurs bagages de voyager sans pénaliser ni les performances, ni la sécurité. 

La sécurité en effet n'est pas oubliée avec les airbags conducteur et passager, les ceintures de sécurité à trois points d'ancrage, les barres de renfort latérales, l'adoption en série sur toutes les versions de l'ABS et du contrôle de trajectoire électronique (ESP)
La demande pour ce genre de véhicule est de plus en plus forte. En quatre ans, le segment des minibus (plus de 16 000 ventes et dont les leaders sont Trafic, Expert, Jumpy ou Viano), l'un des plus actifs du marché a crû de près de 50 %, et progressé en 2007 de plus de 30 %.

Deux niveaux de puissance se partagent le segment : les moins de 100 ch. avec 37 % de part de marché et les 101 à 120 ch. qui représentent près de 40 % des ventes. Mais si la part des plus de 140 ch. ne représente aujourd'hui que 14 % du marché, celle-ci a doublé en 2007. Disponible en concession en février, Automobiles Hyundai France prévoit 1100 ventes en 2008. Rappelons que depuis mars 1998, près de 6000 exemplaires de l'ancien Satellite ont été immatriculés sur le marché Français, dont 477 en 2007. Son prix pour le modèle 2,5L CRDi Pack Confort est de 29 990€.